Flux RSS :
 Articles

52 850 Visites | Version imprimable Version imprimable

image_livre Sommaire de l'article

Srinivasa Ramanujan

Srinivasa Ramanujan, jeune mathématicien indien, magicien des nombres et prodige de l’intuition, est une des figures les plus touchantes et humaines de l’histoire des mathématiques modernes. Riche en vécus, son histoire est ici présentée, en partie à travers les yeux de Godfrey H. Hardy, l’homme qui lui a été le plus proche en tant que mathématicien.


Courte biographie de sa vie

Srinivasa Ramanujan naît le 22 décembre 1887 dans la ville d’Erode en Inde. Son enfance se passe sans encombres à Kumbakonam où il se fait déjà remarquer pour son excellente scolarité.

En 1903, alors étudiant au Lycée de Kumbakonam, Ramanujan entre en possession du livre décisif de sa vie : A synopsis of elementary results in pure and applied mathematics, de G. S. Carr. Dès ce moment, les mathématiques deviennent son unique intérêt. Il inscrit ses recherches dans un carnet de notes qui le suivra dorénavant comme son ombre.

Le livre de Carr marque le début de son intense activité mathématique. Cela joue cependant en sa défaveur durant les années qui suivent. En effet, son manque d’intérêt pour les autres matières lui cause une série d’échecs cuisants à divers examens, ce qui lui ferme les portes de l’université. Ce manque de formation universitaire se répercutera négativement sur toute sa carrière future.

En 1909, sa mère lui arrange un mariage avec Janaki Ammal, une jeune fille de 9 ans. À la recherche d’un emploi, Ramanujan consulte Ramaswami Aiyar qui l’envoie chez Seshu Aiyar pour un travail mineur à Madras. Son employeur décèle les talents mathématiques du jeune homme et lui recommande d’aller parler à Ramachandra Rao1. Ce dernier, comme Ramaswami Aiyar, est un des membres fondateurs de la Société mathématique indienne.

Ramanujan s’entoure de personnes solidement formées dans les mathématiques, ce qui permet à son génie d’être reconnu dans la région. Vers 1911, il commence à publier des articles mathématiques, en particulier dans le Journal de la Société mathématique indienne.

Sur conseil de ses amis mathématiciens, Ramanujan rédige en janvier 1913 une lettre à l’attention de Godfrey H. Hardy de l’Université de Cambridge en Angleterre, un mathématicien de grande renommée internationale. Ce dernier reconnaît vite le potentiel du jeune indien et lui arrange, non sans difficulté, un séjour en Angleterre.

Son arrivée à Cambridge marque le début d’une extraordinaire collaboration avec Hardy. Il y obtient son premier diplôme universitaire et publie 21 articles durant 5 ans, souvent avec la participation de Hardy. Il sera finalement élu membre du Collège de la Trinité2 et, sommet du prestige, membre de la Société royale de Londres3.

Cependant, sa santé a toujours été fragile et il contracte en 1917 une grave tuberculose. En avril 1919, il retourne à Madras en Inde et y poursuit ses recherches jusqu’à ce que sa maladie l’emporte, le 26 avril 1920.

  1. Seshu Aiyar et Ramanchandra Rao écriront plus tard une des biographies standards sur Ramanujan. []
  2. Le Collège de la Trinité est parmi les plus grands et les plus riches collèges composant l’Université de Cambridge. []
  3. Ramanujan est d’ailleurs le premier indien à bénéficier de ces deux titres. []

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 »


Réagir à l'article

Trackback URI |